oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
22.05.2012, 19:54 - Canton de Neuchâtel
Actualisé le 22.05.12, 19:57

Les partis politiques embarquent à bord du RER

Plan RER Transrun
Crédit: DR

Le Grand conseil neuchâtelois examine aujourd'hui le dossier du RER/Transrun.

Pièce maîtresse du futur RER neuchâtelois, le  TransRun passe ce mardi soir sous la loupe des députés. La  votation populaire étant déjà agendée au 23 septembre, le Grand  Conseil doit voter le projet encore le soir même pour des raisons de délais.

Pour mémoire, le TransRUN prévoit la construction d'une liaison  ferroviaire directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, avec arrêt  unique à la nouvelle gare de Cernier en remplacement du tracé  actuel. La distance par le rail entre les deux villes passera de  29,5 km à 16,7 km.

Le temps de parcours sera réduit de moitié et la fréquence des  trains portée au quart d'heure. Cette nouvelle liaison pourrait voir  le jour à l'horizon 2020.

Le coût du RER est de 919 millions de francs. Avec la  participation des CFF de 241 millions et l'octroi d'un éventuel  soutien de 110 millions via le fonds d'agglomération, le coût  passerait ainsi de 919 à 560 millions à la charge du canton et des  communes.

Projet magnifique, mais...

L'argent étant le nerf de la guerre, il a constitué l'argument  massue de certains à l'heure des premières prises de parole du débat  général. «C'est un projet magnifique et le rapport est très bien  fait, mais en avons-nous les moyens, voulons-nous réellement  assainir les finances de ce canton», s'est exclamé le chef du groupe  UDC Raymond Clottu.

«C'est bien malheureux, mais on ne peut pas vendre un tel projet  à la population avec le risque d'un endettement exponentiel».  Retournant le couteau dans la plaie, il a souligné: «Si nous avions  su anticiper, si nous avions su économiser». Jugeant qu'il n'est pas  responsable de mettre le canton «dans une situation si précaire»,  une bonne partie du groupe n'entrera pas en matière.

Le PLR, parti du ministre de tutelle du projet Claude Nicati, est  dans sa grande majorité favorable au projet. Selon Pascal Sandoz, le  TransRun est un véritable condensé de l'histoire neuchâteloise avec  ce qu'on peut craindre de pire mais aussi de meilleur. «Le RER n'est  pas une simple liaison entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel», a-t-il  insisté. «Il s'agit de ne pas se tirer une balle dans le pied».

La gauche est favorable au projet. Parfois en termes  dithyrambiques. Le député Vert Laurent Debrot s'est lancé dans un  long exposé historique rappelant certaines similitudes avec la  construction de la ligne actuelle au 19e. Il s'est en revanche  abstenu de dire, comme le lui a rappelé avec humour le conseiller  d'Etat Claude Nicati, que l'affaire s'était soldée à l'époque par la  démission in corpore du Conseil d'Etat.

La croisée des chemins

«Nous sommes à la croisée des chemins», a plaidé avec force  M.Nicati. Selon lui, la variante choisie est la seule qui permette  un retour sur investissement. Pas question de maintenir les deux  tracés, l'ancien et le nouveau. Ce serait vraiment au-dessus des  moyens du canton. Mais il faut informer les populations qui se  sentent lésées et leur expliquer ce qu'elles ont aussi à y gagner.

Le Conseil d'Etat tient à associer l'ensemble du peuple à la  décision. Alors que le référendum financier obligatoire n'existe  plus dans le canton depuis une dizaine d'années, il a décidé de  soumettre ce «projet très coûteux» au scrutin populaire.

Source: ATS



0 commentaire
Publier un commentaire

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire sur le site

Adresse e-mail
Mot de passe

Oublié votre mot de passe ?      Créer un compte web free









Sondages

Réseaux sociaux

iphone

ipad

Cinéma

Annuaire de liens

Agenda